Montpont en Bresse


Aller au contenu

Menu principal:


Lettre d'un rescapé 14 18 lue au Monument aux Morts

Manifestations

Souvenirs d'un rescapé de 14 18


Mobilisation : Le 2 Août 1914 .


Tous les hommes aptes au service militaire sont rappelés sous les armes par ordre de mobilisation , annoncée dans toutes les localités de France ,par des sonneries de clairons, tambours et cloches dont les notes lugubres disent bien ce qu'elles doivent dire :c'est-à-dire ( la Guerre Les hostilités sont immédiatement ouvertes entre d'une part la France -La Russie - l'Angleterre - la Serbie et la Belgique -l'Italie et plus tard l'Amérique (Etats- Unis) et d'autre part : l'Allemagne, l'Autriche -Hongrie, la Turquie et la Bulgarie formant les empires centraux .

L'Allemagne déclenche une formidable offensive contre la France en violant la neutralité de la petite Belgique et pénètre en France jusqu'à la Marne ou grâce à l'inoubliable et clairvoyante perspicacité du General Gallieni, l'avance allemande sur Paris a été désorganisée et stoppée.

C'est alors que les troupes adverses, face à face, s'immobilisent et constituent une ligne continue de la mer du Nord aux Vosges qui fut alors désignée sous le nom de " FRONT " et commença donc la guerre de tranchées.

Chaque combattant avait hâte de se creuser un abri sommaire contre les balles ennemies.

Puis chaque abri s'élargissant parvint à relier l'abri voisin, pour finalement constituer un fossé sans fin et aménagé pour la terrible circonstance qui devint la tranchée de Combat du " POILU " français.

Pendant des mois et des mois, ce sont ces tranchées qui ont été le refuge des Poilus fantassins et qui ont permis à quelques uns (oh ! pas tous hélas) d'échapper bien souvent à la mort qui sévissait partout.

Les premiers mois de vie de tranchées furent les plus pénibles. Il n'était pas possible aux combattants d'être propres .le linge de corps emporté à la mobilisation était vite réduite l'état de guenille, et la vermine pouilleuse étaient l'apanage de chacun et tout le temps que manquèrent les moyens de rasage, les hommes évoquaient tout à fait le primitif.

D'où resta et se concrétisa le nom de Poilu, ainsi se continuait la guerre des tranchées, à part certains épisodes parfois mouvementés mais sporadiques,
tels la bataille de l'Artois, celle de Somme et Picardie, les duels de Champagne à plusieurs reprises en 1915 et 1917.

Mais le plus sanguinaire et le plus meurtrier fut la tentative folle du Krompring d'Allemagne de vouloir s'emparer à tout prix de la Citadelle et place forte de Verdun en 1916

Les terribles journées vécues dans cet affaire sont inénarrables par aucun vocabulaire. Il faut les avoir vécues et subies soi même pour se faire une idée quelconque de quelles horreurs la guerre peut être responsable

La défense de Verdun a coûté très chère aux français (témoins l'ossuaire de Douaumont) mais l'attaquant n'a pas été épargné

Enfin après 42 mois d'une vie (si on peu appelé ça une vie) ou les hommes du front en était parvenu à se comparer à des bêtes de somme, voilà que un certain 11 novembre 1918, ils aperçurent une lueur vacillante : Ce n'était pas la Paix, mais l'Armistice

Plus de combat, plus d'obus, plus de mitraille, de n'importe quel nom qu'on la nomme.

Mais quel soupir ! Quelle légèreté sur cette poitrine qui n'en finissait pas d'être oppressée jour après jour.

Certes oui pour ceux que le sort a voulu qu'ils soient présents ce jour là ..Mais Hélas ! Combien de leurs semblables camarades des premiers jours ne sont plus là ??

La voilà donc la rançon exigée par la guerre

- Des épouses sans maris

- Des mères sans fils

- Des enfants sans papas

- Des morts - Trop de morts

Tout pour la Paix
Tout contre la guerre.




Sous-menu


Retourner au contenu | Retourner au menu